Envie de Quartier

Le blog de l'association Envie de Quartier à Strasbourg


Poster un commentaire

Rendez-vous ce weekend au Faubourg des Créateurs

Le Faubourg des Créateurs revient pour sa 8ème édition les 9, 10 et 11 décembre. Un parcours artistique en 13 étapes à la découverte d’ateliers et de lieux insolites du quartier Faubourg de Pierre / Tribunal.

Le Petit Cabinet du Pont de Pierre – où l’on peut voir en ce moment l’installation « Infinite Yield » de Finbar Hosie – fait partie du parcours !

L’association Envie de Quartier tiendra aussi une permanence au chalet de Noël sur la place Charles de Foucauld (Tribunal) vendredi 9 décembre de 16h à 18h et dimanche 11 décembre de 11h à 18h. Venez nous rencontrer !


Poster un commentaire

Quartier Livre : coups de coeur et prochain rendez-vous

Retrouvez les 6 coups de coeur partagés lors du premier cercle de lecture d’Envie de Quartier, le 26 novembre dernier. Vous avez l’envie de partager des conseils de lecture ou de découvrir ceux des autres ? Rendez-vous au prochain « Quartier Livre » : notre cercle de lecture se réunira à nouveau le samedi 28 janvier de 16h à 18h. Le lieu est encore à confirmer et sera annoncé sur ce blog.

Comment cuire un ours, de Mikael Niemi (Stock, 2021) Traduit du suédois

Nous sommes en 1852, au cœur des magnifiques paysages du grand nord suédois. Lars Levi Læstadius, botaniste émérite, pasteur haut en couleur du petit village de Kengis et fondateur d’un mouvement connu pour son éthique rigoureuse, tente tant bien que mal de combattre l’athéisme et l’alcoolisme de ses paroissiens. Contre l’avis des villageois, Læstadius a recueilli un jeune garçon sámi, affamé et illettré, Jussi, qu’il initie aux secrets de la botanique et qui le suit comme son ombre.
Lorsqu’une servante est retrouvée morte dans la forêt, le commissaire s’empresse d’imputer l’odieux crime à… un ours. Fort de son intuition et de son savoir scientifique, Læstadius n’y croit pas un instant. Quand une deuxième jeune fille vient à disparaître, le pasteur, secondé par son fidèle Jussi, décide de mener l’enquête, quitte à s’attirer les foudres des autorités locales.

La vallée des fleurs, de Niviaq Korneliussen (La Peuplade, 2022) Traduit du danois

Elle vit à Nuuk, la capitale du Groenland. Elle est inuite, jeune, moderne et pleine d’humour. Elle est amoureuse de sa copine. Elle a été acceptée à l’Université d’Aarhus au Danemark et va enfin sortir du nid familial. Mais l’arrivée sur le continent réveille en elle une souffrance muette, une fêlure qui tue lentement le goût de vivre. Un événement tragique dans sa belle-famille la rappelle opportunément dans l’est du Groenland, au pied de la Vallée des Fleurs où, contre toute attente, la beauté des montagnes déclenche chez elle le début d’une rupture radicale. Elle, qui enfant avait sauté d’une fenêtre pour s’envoler, va chercher à retrouver à tout prix sa liberté perdue.

Âme brisée, d’Akira Mizubayashi (Folio, 2021)

Tokyo, 1938. Quatre musiciens amateurs passionnés de musique classique occidentale se réunissent régulièrement au Centre culturel pour répéter. Autour du Japonais Yu, professeur d’anglais, trois étudiants chinois, Yanfen, Cheng et Kang, restés au Japon, malgré la guerre dans laquelle la politique expansionniste de l’Empire est en train de plonger l’Asie. Un jour, la répétition est brutalement interrompue par l’irruption de soldats. Le violon de Yu est brisé par un militaire, le quatuor sino-japonais est embarqué, soupçonné de comploter contre le pays. Dissimulé dans une armoire, Rei, le fils de Yu, onze ans, a assisté à la scène. Il ne reverra jamais plus son père… L’enfant échappe à la violence des militaires grâce au lieutenant Kurokami qui, loin de le dénoncer lorsqu’il le découvre dans sa cachette, lui confie le violon détruit. Cet événement constitue pour Rei la blessure première qui marquera toute sa vie…

Et la lumière fut, de Jacques Lusseyran (Folio, 2016)

En 1940, la France capitule. En 1941, Jacques Lusseyran, alors qu’il est aveugle et n’a pas dix-huit ans, entre en résistance en rejoignant le mouvement Défense de la France. Le 20 juillet 1943, il est arrêté par la Gestapo, interrogé pendant des jours interminables et enfermé à Fresnes. Il sera déporté en 1944 à Buchenwald. Comment un aveugle peut-il survivre à cet enfer ? Grâce à la protection d’un groupe de Russes et à sa connaissance de l’allemand qui lui permettra d’informer les autres déportés des agissements des S. S. Après un an et demi d’horreur, il est libéré et revient en France où il poursuivra ses études en affirmant ses aspirations littéraires balayées par la guerre.

L’écriture du désir, de Belinda Cannone (Folio Essais, 2012)

L’histoire incite nécessairement les créateurs de notre temps à penser à partir de catastrophes – guerres mondiales et génocides – inaugurales pour la raison et pour notre indispensable croyance en la légitimité et la perfectibilité de l’humanité. Mais ce désastre placé à l’orée du geste de création ne peut pas être un horizon pour l’homme. Le seul horizon raisonnable et joyeux consiste au contraire à trouver les moyens du dégagement, de l’échappée et de la réinvention, en pleine conscience du pire possible. Il s’agit, pour chacun, créateur ou pas, de comprendre comment édifier le bonheur à partir de notre connaissance du désastre. Plutôt qu’expression nécessairement tournée vers l’ombre, Belinda Cannone voit dans l’écriture la manifestation de notre volonté d’étreindre – le monde, la réalité rugueuse ou douce – et de célébrer notre présence au monde, notre désir de vivre. Parce que ce désir majuscule se concentre particulièrement dans le désir sensuel et dans l’amour, s’y donne à voir dans son aspect le plus concentré, le plus beau, cet essai entrelace la narration du désir qui meut l’écrivain à des réflexions sur le désir érotique. Il révèle le désir de connaître que les romans manifestent, et qui nourrit la lecture. Ce qui compose l’étrange et sinueux tracé de la littérature et de notre existence.

Mes nuits sauvages, de Sylvie Pérenne (Jouvence, 2022)

Sylvie décide de tout plaquer. Le confort d’une vie conventionnelle, sa grande maison, son mec… tout, sauf son travail ! Elle part vivre en van, seule, puis équipée uniquement d’un hamac, dans les forêts et montagnes alsaciennes. Elle mène cette double vie, entre son cabinet d’ostéopathie le jour et ses aventures sauvages la nuit… jusqu’au jour où elle découvre l’habitat de ses rêves : une Tiny House ! Rapidement, elle voit dans cette mini-maison son paradis. De la construction de ce rêve peu commun et pourtant à la portée de tous – celui de vivre dans 12 m2 – à l’exploration d’un nouveau mode de vie plus minimaliste et en harmonie avec la nature, ­Sylvie dévoile tous les secrets de cette drôle de vie. N’est pas Mike Horn qui veut… Ou peut-être que si ?


Poster un commentaire

Nouveau cercle de lecture : Quartier Livre !

Envie de Quartier ajoute une nouvelle corde à son arc : « Quartier Livre », un cercle de lecture une fois tous les deux mois ! Première rencontre ce ce samedi 26 novembre entre 15h et 17h, à la boulangerie-salon de thé La Bäckerstub, place Clément.

L’idée est de se retrouver de façon tout à fait informelle et conviviale pour partager une émotion, un coup de coeur, une page, ou une réflexion autour d’un livre, roman, essai, poésie, science-fiction, BD…
Si on a envie de faire découvrir un livre, c’est bien, si on a envie de venir en découvrir, c’est bien aussi !
Et si on a envie de lire aux autres un passage qui vous a fait réfléchir, rire ou pleurer, tant mieux ! la seule contrainte est de ne pas dépasser 10 minutes.

Au plaisir de vous retrouver samedi pour échanger nos découvertes ?


Poster un commentaire

Vernissage d’une nouvelle installation, « Infinite Yield »

Le collectif Envie de Quartier est très heureux de vous inviter au vernissage de l’installation de Finbar Hosie, Infinite Yield, le jeudi 10 novembre à 18h au Petit Cabinet du Pont de Pierre (angle du Pont de Pierre et du quai Finkmatt) à Strasbourg. Au plaisir de vous y retrouver !

L’exposition se prolongera ensuite jusqu’au 15 janvier 2023.


Poster un commentaire

Jardinage collectif demain samedi 5 novembre

Le premier jardinage du mois aura lieu non pas ce dimanche, mais demain samedi 5 novembre de 16h à 17h.

Rendez-vous le long de la rue du Faubourg de Pierre.

Avis aux irréductibles !

Et celles et ceux qui le souhaitent pourront partager leur goûter, ou passer à l’apéro, à partir de 17h30 place de Pierre.


Poster un commentaire

Jardinage ce dimanche 9 octobre

Il pleuvait dimanche dernier, il n’y a pas eu de jardinage, il devrait faire beau ce dimanche 9 octobre, on va jardiner !

Rendez-vous entre 16h30 et 18h le long de la rue du Faubourg de Pierre, où les pieds d’arbres ont toujours besoin d’un coup de brosse ou d’une bonne coupe.

Et nous serions heureux de voir quelques nouvelles têtes… Vous habitez le quartier, vous avez adhéré ces derniers mois à Envie de Quartier ? Nous nous réjouissons de vous rencontrer. Notre collectif ne vit que grâce à votre participation, à toutes et tous.

Et tout le monde est bienvenu dès 18h, pour l’apéro partagé place de Pierre, que les anciennes et les anciens d’Envie de Quartier soient là ou pas : l’espace public est à vous, faites-le vivre !


Poster un commentaire

Vernissage au Petit Cabinet ce jeudi

Le collectif Envie de Quartier est très heureux de vous inviter au vernissage de l’installation proposée par Seunghee Choi, « Faire le lien », au Petit Cabinet du Pont de Pierre, à l’angle du Pont de Pierre et du quai Finkmatt, ce jeudi 7 juillet à 18h30.

Au plaisir de vous y retrouver !

L’exposition se poursuivra ensuite jusqu’au 30 septembre.


Poster un commentaire

Jardinage collectif et apéro partagé ce dimanche

Voici une bonne occasion de se rencontrer avant les vacances d’été : on jardine ce dimanche rue du Faubourg de Pierre, exceptionnellement le matin en raison de la chaleur annoncée…

Rendez-vous à 10h30 à l’angle de la rue des Cigognes, ou plus tard le long de la rue du Faubourg de Pierre, avec vos gants de jardin et un sécateur ou une binette.

Et dès midi, rendez-vous place de Pierre pour un apéro entre voisins et habitants du quartier à l’ombre de la pergola, avec quelque chose à boire et quelque chose à grignoter, ou juste quelque bavardage à partager ! A bientôt !


Poster un commentaire

Il fait beau : on jardine ce dimanche !

Ce n’est pas le premier dimanche du mois… mais il fait beau, donc on jardinera demain dimanche sur la rue du Faubourg de Pierre, à partir de 16h !

Au programme : de nombreuses fleurs fanées à couper, les petites clôtures autour des pieds d’arbres en face du Monoprix à consolider… On pourra aussi tailler l’herbe déjà sèche un peu partout, et encore faire quelques derniers semis si on en a envie.

N’hésitez pas à nous rejoindre, même si ce n’est que pour bavarder 5 minutes, nous serons quelque part le long du Faubourg de Pierre !


Poster un commentaire

Session de jardinage dimanche 1er mai de 17h à 18h

Le premier dimanche du mois, c’est jardinage !

Nous jardinerons donc au pied des arbres de la rue du Faubourg de Pierre, ce dimanche 1er mai de 17h à 18h.

Il y a du pain sur la planche :

– coupe des herbes hautes pour servir de paillis là où la terre est nue

– construction d’une clôture en osier pour protéger l’un ou l’autre pied d’arbre souvent dégradé

– étalage de compost pour nourrir les arbres

– petit désherbage et nettoyage des détritus

– semis de fleurs là où il y a encore de la place…

Et on reprend les apéros ! Rendez-vous Place de Pierre suite à la session de jardinage. Libre à vous de venir au jardinage et/ou à l’apéritif !